Être moi

Je marche lentement
d’un pas toujours
aussi incertain
comme un clairvoyant
parmi les aveugles,
plumés et vidés,
évite les ombres
ternes de la nuit.

Les pensées migratoires,
figures inconnues,
volatiles,
disparaissent dans la force
du geste
en matérialisent cette invisibilité
qui pourtant
ne peut pas être nommée.

S’attarde l’esprit isolé
immergé dans ce silence
qui semble interminable
… être moi
… ça ne suffit
pas.

sursă foto: Raluca Petricel – Être moi, 21/28 cm, impression sur plaque de gel, encre, acrylique et pastel gras sur papier, arhivă personală

Articole asemănătoare

Răspunsuri

Adresa ta de email nu va fi publicată. Câmpurile obligatorii sunt marcate cu *

  1. Magnifique écrit et peinture, comme toujours j’aime beaucoup autant que la personne.carnita